Laure Gauthier & Olivier Mellano

Lectures-concert

L’oeuvre

Laure Gauthier et Olivier Mellano explorent ensemble les tensions entre poésie et musique, cherchent à entendre ce qui se joue dans la voix et le présent ainsi que l’écoute réciproque afin de laisser émerger des temporalités nouvelles qui sont autant d’espace de liberté. Olivier Mellano, instrumentiste, improvisateur, auteur et compositeur se fraie un chemin de jeu et de pensée entre musique contemporaine et pop-rock tandis que Laure Gauthier interroge dans ses collaborations avec des artistes du son les lisières et les points de tension entre poésie et musique qui sont autant de points de vigilance. En s’entrelisant et s’entre-écoutant, ils mettent au point des lectures-concerts.

A propos d’Olivier Mellano

Olivier Mellano propose une oeuvre composite, généreuse et exigeante, irradiée par un faisceau d’héritages croisant Carlo Gesualdo, Henry Purcell, Benjamin Britten, Gavin Bryars, Moondog ou György Ligeti. Il développe, au fil de ses compositions, une esthétique musicale singulière qui dissout les hiérarchies stylistiques, sculptant la matière sonore la plus volcanique ou la plus éthérée, mettant l’harmonie baroque à l’épreuve d’un feu sonique, investissant d’une énergie nouvelle l’ensemble symphonique ou de chambre, hybridant les guitares électriques et les voix classiques avec, toujours, une dimension lumineuse et sacrée pulsant au coeur d’une écriture maximaliste, libre et savante. Sa démarche qui évolue de la pop la plus ambitieuse à la musique contemporaine la plus décomplexée rejoint ainsi celle d’une nouvelle génération de compositeurs, dont font partie Nico Muhly, Bryce Dessner ou Jonny Greenwood.

Lectures-concert

LES CORPS CAVERNEUX (2022-2023)

Laure Gauthier et Olivier Mellano se sont frayés ensemble un chemin dans le texte les corps caverneux (LansKine, 4 février 2022) pour en retenir certains archipels : « les corps cav. » ou encore « désir de nuages ». Tandis que l’autrice tente d’imaginer en mots une musique de nos espaces vides, Olivier Mellano la puise dans le silence qui prolonge les mots et la déploie comme un halo épousant les frontières d’un au-delà du langage pour une traversée de 45 minutes ou de 60 mn. selon les espaces.

A propos du texte

Les corps caverneux (LansKine, février 2022) constituent un récit poétique construit en sept séquences. Le titre fait allusion au désir sexuel dont la force insurrectionnelle se manifeste dans le livre notamment à la séquence « désir de nuages » et « les corps cav ». Néanmoins, derrière l’allusion à nos anatomies désirantes, les « corps caverneux » désignent ici, avant tout, les cavernes en nous par analogie avec les cavernes préhistoriques : les corps caverneux sont donc ces espaces vides, ces trous ou ces failles, que nous avons tous en commun et que notre société de consommation tente de combler par tous les moyens : achats, faits divers etc. Il ne s’agit pas de cabanes, de lieux précaires et provisoires à habiter hors de nous, mais d’espaces solides et intimes à défendre avant que d’aller lutter à l’extérieur. Dans chacune des séquences est évoquée une nouvelle attaque contre ces espaces intimes de respiration et de liberté, en réaction à laquelle une musique émerge, une musique de nos cavernes, qui nous permet de nous cabrer et de rester vigilants.

Des poèmes s’élèvent qui font signe vers une musique comme dans « désir de nuages ». Ils viennent comme une blue note, à des moments de respiration du récit qui se structure, devient fluide ou au contraire se suspend en fonction de l’urgence ou de la menace extérieure.
Flyer 19.04 Maison de la poésie Lecture Concert